© 2017 par A vos Papilles

  • Facebook - Grey Circle
  • Pinterest - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle
Please reload

Posts Récents

Pique Nique chic urbain - les paniers gourmands d'artisans

24-Jun-2018

1/8
Please reload

Post à l'affiche

Histoire d'huitre, laquelle consommer et pourquoi, explications

3/3/2018

cette idée vient de

L'huitre, produit sain et authentique. Nous nous imaginons qu'elle est le produit du travail seul de l'ostréiculteur. Lorsque vous mangez une huitre, vous avez l'impression de faire du bien à votre corps , vous dégustez un produit naturel de la mer avec tous ses bienfaits.

Et pourtant, manger une huitre naturelle, née en mer, est juste rare et le devient tous les jours un peu plus.

Dans les années 90, des agronomes ont trouvé des solutions pour que l'huitre devienne un produit de plus en plus intéressant économiquement pouvant répondre à la demande mondiale par une production maitrisée en quasi toutes circonstances.

De leurs recherches va naitre une biotechnologie donnant ce produit (animal) plus performant, c'est à ce moment que nait l'huitre triploïde !

 

Mais pour comprendre ce qu'est une huitre triploïde, il faut d'abord expliquer ce qu'est une huitre "naturelle".

 

Le travail d'un ostréiculteur naturel est "évidemment" basé sur le principe de la permaculture (cycle naturel sans aide artificielle dans son milieu adéquat). Les romains avaient déjà cette même technique il y a 2000 ans.

Le cycle d'une huitre naturelle est de 3 à 4 ans. Les huîtres naturelles françaises naissent presque exclusivement dans deux bassins que sont le Bassin d’Arcachon et la Bassin de Marenne d’Oléron qui constituent des réserves naturelles protégées . Les ostréiculteurs posent des collecteurs (en forme de tuile romaine, tubes, lamelles, pieux d’ardoise, coquilles...) afin de "capter" les petites larves d'huitres qui se baladent dans la mer. Tout est dans l'observation, les huitres une fois qu'elles ont pondu fin juin-début aout , le "captage" débute approximativement une semaine plus tard. Les collecteurs sont alors positionnés sur leur passage en fonction des courants .

Ils resteront en places pendant tout l'automne  et une partie de l'hiver ;  et seront récoltés après les fêtes de noël lorsque les larves sont devenues des Naissains (bébé huitre de 2-4cm de diamètre approximativement).

Les étapes suivantes: élevage, affinage et conditionnement sont quasi communs à tous les ostréiculteurs (avec chacun leur spécificité en fonction de leur région) jusqu' à l'expédition.

 

L'héritage ancestral du captage naturel des huitres est remis en cause aujourd'hui.

 

L'huitre triploïde est un OVM (organisme vivant modifié) crée par l'IFREMER (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) chargé du développement de l'exploitation des ressources maritimes et d'en assurer la protection.  

Les premières recherches ont consisté à modifier deux huitres naturelles ou "diploïdes"  (comprenant chacune un lot de deux chromosomes) en rajoutant un produit chimique toxique sur leurs semences ; ce qui a produit  une dégénérescence chromosomique sur les larves donnant naissance à une huitre triploïde (comprenant un lot de  3 chromosomes), la rendant stérile ; c'est à dire non laiteuse. Ce procédé permet ainsi de vendre des huitres toute l'année, même en période d'été.

N'étant pas assez performant et le rendement n'étant pas comme attendu, un autre procédé a été mis en place à partir des années 2000.

 Les huitres triploïdes sont croisées avec des huitres naturelles,  un produit chimique est répandu lors de la fécondation. On voit ainsi appraitre des huitres tétraploides (4 chromosomes).

Les huitres males tétraploïdes sont ainsi croisées avec des huitres femelles naturelles donnant naissance aux huîtres triploïdes vendues actuellement un peu partout.

 

Le risque majeur est que les larves triploïdes s'échappent dans la nature et qu'elles soient captées dans le milieu de captage naturel , risque de stérilisation du milieu naturel.

Pour cette raison et de la dangerosité des produits toxiques utilisés,  les conséquences sur l'environnement peuvent avoir un scénario catastrophe. Ainsi,  seul l'IFREMER est habilité à créer et à vendre des larves triploïdes aux écloseries.

Les écloseries font de la reproduction dans des bassins en très grande quantité, leur but étant de travailler avec les mêmes méthodes que celles utilisées en agriculture intensive. Homogénéité (forme, couleur...), est le maitre mot des écloseries. Il n'existe pas de saison, les huitres poussent plus vite (car ne se reproduisent pas) et quasiment partout !

 

Mais alors pourquoi cette triploïde n'est elle pas adaptée puisqu'elle est très appréciée pour ses différents gouts par les amateurs et par beaucoup de professionnels de la gastronomie ?

Combien fois vous êtes allé chez votre poissonnier, écailler ou encore au restaurant en vous régalant des fameuses Gillardeau ! (entre autres).

 

Tout d'abord, les méthodes peu scrupuleuses des écloseries sont mises au grand jour : elles tenteraient de détruire le captage naturel afin de se rendre indispensables (le taux de mortalité des naissains depuis 2008 est une véritable catastrophe dans les milieux naturels). Elles font entrer l'ostréiculture dans un cercle vicieux  qui pousse chacun à produire plus , plus vite et à moindre cout. L'huitre triploïde est au centre d'un système qui entraine la profession vers le fond.

La surproduction dans un milieu restreint est un foyer potentiel plus important à pathogènes.

Ensuite n'oublions pas que les huitres nées en laboratoire ont eu un traitement chimique, voire toxique, qui est transmis à l'organisme lors de sa consommation.

Cette méthode gagne à pouvoir répondre au développement économique souhaité par une entreprise ... elle a besoin d'être rentable ..... quitte à mettre de côté certaines valeurs.

De plus, depuis 2012 une nouvelle bactérie affecte les huitres "adultes" triploïdes qui les tuent avant de pouvoir être commercialisées, voire les huitres seraient capables de se reproduire en n'étant plus stériles.

 

Alors, c'est comme tout ce qui concernant notre alimentation aujourd'hui et les différents débats qui émergent au fur et à mesure ... C'est à vous de faire votre choix et  d'alimenter un système pour notre avenir.

 

Comment reconnaître une huitre naturelle d'une triploïde ? Aujourd'hui c'est quasi impossible étant donné que le lobby des écloseries est assez puissant .... la demande d'étiquetage a été rejeté par le gouvernement récemment.

 

Les producteurs d'huitres dites naturelles, soit nées en pleine mer, se sont regroupés en une association : Les ostréiculteurs traditionnels.

La plupart du temps, le nom du producteur est mis en avant lors des achats d'huitres, il vous suffit de choisir celles qui sont faites par ce producteurs (liste des noms ici).

 

Ces producteurs ont des valeurs com